schema home
un investissement attractif

Un investissement pour l’avenir au surcout maitrisé

Un surcoût maîtrisé pour un retour sur investissement rapide

Optimum coût global / consommation énergétique

Plus un bâtiment est isolé, plus il coute cher à construire et moins il consomme d’énergie. L’investissement initial consenti est ainsi amorti par un cout de chauffage moindre. La figure ci-dessous présente les relations entre le coût global d’un bâtiment, sa consommation et l’investissement initial supplémentaire.

 

cout optimum

Le coût de chauffage d’un bâtiment augmente linéairement avec sa consommation d’énergie (courbe bleue). La mise en œuvre de techniques d’isolation et de ventilation plus efficaces permet de diminuer le besoin de chauffage mais nécessite un investissement supplémentaire (courbe verte). Celui-ci augmente de façon exponentielle pour une consommation entre 60 et 15 kWh/m².an et entre 15 et 0 kWh/m².an. 

Pour un besoin de chauffage de 15 kW.h/(m².an) on peut réaliser l’économie d’installer un système de chauffage conventionnel (chaudière, cheminée, radiateurs, circuits d’eau, citerne…) qui se traduit par une décroissance non linaire de l’investissement supplémentaire. Les besoins de chauffage de la maison sont si faibles qu’un chauffage d’appoint suffit à maintenir une température intérieure confortable. 

Le coût global du bâtiment (courbe rouge) résulte de la somme des coûts de chauffage et de construction et passe par deux minimums pour une consommation d'environ 35 et 15 kW.h/m².an. Le premier optimum (vers 35 kWh/m².an d’énergie finale soit environ 50 kWh/m².an d’énergie primaire) correspond au label basse consommation et le second optimum correspond au label passif (15 kWh/m².an) qui n’a pas été choisi au hasard !

 

Cette approche n’est valable que si la conception du bâtiment a été orientée de manière à limiter les surcoûts au maximum. C’est la démarche adoptée par Positive Home qui dispose pour cela de l’expérience, des compétences et des outils nécessaires.

 

Meilleur rapport investissement / économies d’énergie

La construction passive sous-entend d’adopter des solutions techniques qui offrent le meilleur rapport investissement-économie d’énergie. Les choix retenus sont donc les plus rentables et nécessitent un investissement minimum pour un gain d’énergie maximum.

 

Avant d’implanter des sources de production d’énergie renouvelable (coûteuses et à durée de vie limitée comparée au bâti), il est bien plus rentable de mieux isoler en travaillant sur l'enveloppe du bâtiment !

De faibles charges

1. Frais d’exploitation

Les frais d’exploitation d’une maison passive restent de loin inférieurs à ceux d’une maison conventionnelle (abonnement énergétique éventuel, entretien : chaudière, cheminée, radiateurs…). La moyenne constatée sur 12 maisons passive du projet de recherche européen CEPHEUS (*) est de 36€/an/logement. La technologie des bâtiments passifs implique des frais spécifiques d’exploitation. Ils concernent le système de ventilation : le remplacement des filtres, l’électricité consommée, les coûts d’entretien et de réparation du système.

 

2. Coûts de chauffage

Le grand avantage d’une maison passive est de réduire considérablement le coût du chauffage. Il est bien sûr dépendant de la surface de l’habitation mais en moyenne, il se situe entre 10 à 25 € par mois.


(*) CEPHEUS : projet de recherche européen sur les maisons passives.

Un investissement pour l'avenir

Valeur patrimoniale

Selon une étude menée en Suisse, les bâtiments labellisés Minergie (label de performance énergétique des bâtiments) ont une valeur de revente entre 7% à 12% supérieure à celle d’un bâtiment standard.

 

Indépendance vis-à-vis des énergies fossiles

L’absence de consommation de combustibles fossiles offre une assurance pour l’avenir face à l’évolution incertaine de leurs coûts indubitablement toujours croissants. L’analyse économique d’une maison passive existante a démontré que l’évolution du coût total actualisé est beaucoup moins sensible au taux d’augmentation de l’énergie comparée à une maison neuve répondant aux normes actuelles. La faible consommation électrique d’une maison passive la rend également peu dépendante au coût de cette énergie. L’installation additionnelle, dès le départ ou plus tard, de sources de production d’énergie électrique renouvelable (photovoltaïque typiquement) peut permettre d’envisager une autonomie énergétique ou de rendre votre maison productrice d’énergie : c'est la maison à énergie positive.

Notre mission : diffuser la construction passive et écologique en la rendant accessible au plus grand nombre.